La vie trouve toujours un chemin
Calbo Weblog 2.0










Zelda Skyward Swords : premières impressions


Quelques points après avoir joué environ 2h dessus et être prêt à me barrer du ciel pour rejoindre la terre.

Positif :
- Enfin...
- J'accroche vraiment à l'ambiance. Je n'avais pas ressenti ça depuis Ocarina of Time, et croyez-moi, ce n'est pas peu dire !
- Les graphismes colorés me plaisent bien
- J'ai enfilé ma tunique verte
- C'est assez marrant de voler dans le ciel
- La bande son déchire

Étrange :
- On commence avec 6 coeurs au lieu des 3 habituels...
- Zelda n'a, pour l'instant, pas trop la classe
- le coffret collector que j'ai acheté hier à 65€ se revend déjà sur ebay au moins à 75€, voire à plus de 100 pour certaines personnes

Négatif :
- Les contrôles demandent trop de précision
- La batterie de la Wiimote est en train de se recharger

1 commentaire(s)19-11-11 à 14:20

Zelda Skyward Sword : J-7


Allez, on y est presque !
Dans une semaine, ça sort.
Moi j'ai réservé mon bundle avec la Wiimote doré, parce que je suis un vieux fanboy.
Et j'ai réservé mon week-end !


0 commentaire(s)11-11-11 à 00:00

Marc Levy - Les enfants de la liberté


Voici un article en forme d'aveu, il fallait que ça sorte, tôt ou tard.
J'ai fini le week-end dernier le premier Marc Levy de ma vie.
Voilà, c'est dit.

Beaucoup de gens connaissent, et je divise ces gens en trois parties.
D'abord, ceux qui aiment inconditionnellement. Je ne connais pas de ces gens, ou en tous cas, je n'en ai pas conscience.
Ensuite, ceux qui ont lu mais n'aiment pas.
Et ceux qui regardent de haut avec un air snob et goguenard les lecteurs de ces prétendus romans de gare.

Je me situais bien sûr dans la 3ème catégorie. Ca permet de l'ironie facile, et j'aime beaucoup ça.
Seulement mon père m'a offert un des romans, "Les enfants de la liberté", pour mon anniversaire. Pour le justifier, il m'a dit "Tu connais ? J'en avais jamais entendu parler, alors c'est pour tester". Comme réponse, j'ai laissé échapper un "mmh mmh".
Je n'étais pas bien fier, mais je me suis promis de le lire quand même.

Je m'attendais à un roman romantique, niais et sans saveur et je dois admettre que la première phrase du roman me laissait présager le meilleur pour les 350 suivantes.
Je ne résiste pas à l'envie de vous la remettre ici :
"Je vais t'aimer demain, aujourd'hui je ne te connais pas encore."

Et puis finalement, l'histoire commence, et rien de ce qui suit n'a de rapport avec cette phrase. Je me demande encore aujourd'hui quel rapport elle a avec le reste.
Finalement, le livre parle du père et de l'oncle de l'auteur pendant la deuxième guerre mondiale. On suit leurs aventures de résistants, pas toujours avec un style fantastique, mais tout au moins avec un réalisme qui semble donner une bonne vision de l'époque, sans manichéisme.
Je suis bien forcé de l'admettre, j'ai trouvé l'histoire intéressante et le côté réel ne fait qu'ajouter au sentiment.

Ce ne sera pas mon livre de l'année, mais je ne pourrai pas continuer à snober cet auteur comme un Guillaume Musso.
Il parait cependant que ce livre est différent des autres de Marc Levy, je veux bien le croire. Ca ne m'a pas motivé pour autant à en lire un autre.
On est comme on est...

5 commentaire(s)8-11-11 à 23:34




© poucr -- 2008