La vie trouve toujours un chemin
Calbo Weblog 2.0










Leslie Nielsen :(


Puisque Leslie Nielsen nous a quitté, voici ma modeste contribution.
Une petite vidéo en VO, parce que y'a que ça de bon.

- Qui êtes vous, et qu'est-ce que vous faites ici ?
- Je suis un serrurier. Et je suis un serrurier.



3 commentaire(s)30-11-10 à 00:00

Scott Pilgrim vs The World


Je viens de finir "Les guerres du climat" de Harald Welzer ! Mais je n'en parlerai pas ici parce que je ne veux imposer à personnes mes opinions négatives sur l'avenir qui sont plus ou moins confirmées par ce livre.
Parlons plutôt de choses futiles telles que l'art et, plus précisément ici, le cinéma.
J'aime bien donner mon avis sur les choses que je vois ici, parce que je parle toujours (ou presque) des choses que j'ai aimé. Donc ça empêche d'avoir des surprises.

Donc, dernière chose en date que j'ai aimé, c'est Scott Pilgrim vs The World. C'est sorti ici en aout, et ça sort mercredi en France (Avant-première !)
Ma soeur m'en avait parlé il y a quelques mois alors qu'elle quittait Dublin et que nous rejoignions Omagh. Elle parlait d'une bonne suprise.
Hier, je regardais l'hebdomadaire "J'irai loler sur vos tombes" et Davy en a reparlé avec admiration, annonçant des références geek, et notamment une à Zelda en parlant de la musique d'intro de Zelda 3.
J'avoue qu'il ne m'en fallait pas plus pour me donner envie.

Pour être bien clair, je souscris à tout ce que Davy a dit. Le film est énergique, il est plein d'idées (peut-être trop), et il est fort possible que tout un tas de personnes n'accroche pas du tout à tout ça.
Donc, le film met en scène Michael Cera qui tombe amoureux d'une fille et qui doit affronter ses 7 exs pour pouvoir sortir avec elle. Ca bouge tout le temps, et les références aux jeux vidéos sont très nombreuses.
Déjà, pour commencer, affronter 7 personnages augmentant en difficulté, les battre avec différentes armes, ça fait clairement Zelda.
Les affrontements sont présentés comme des jeux de baston, avec des combos et des jauges de vie.

C'est aussi plein de références aux BDs dans la manière de raconter ou dans les PAF et BOUM qui apparaissent parfois à l'écran.

Je passe plein d'autres trucs, d'un parce que je ne me souviens pas de tout, de deux parce que ce serait con de tout savoir avant de le voir.
Je suis vraiment persuadé que ça ne peut pas plaire à tout le monde. Mais ça parle aux gens qui ont la culture geek suffisante pour l'apprécier.

3 commentaire(s)29-11-10 à 00:00

Kepora Gebora


La petite musique du dimanche :
La musique du hibou dans Zelda Ocarina of Time, réorchéstrée par un mec tout seul qui se multiplie.


2 commentaire(s)28-11-10 à 15:52

Skyline


Hier soir, nous avons pour la première fois testé le cinéma d'Omagh. Il est un peu excentré, ça nous a fait à peu près 30 minutes de marche aller, la même chose au retour.
Le choix du film s'est fait entre "Easy A" (parce qu'il a plutôt une bonne note sur l'imdb) et "Skyline" (parce qu'on était sûr de pas avoir besoin d'un haut niveau d'anglais pour comprendre, parce qu'un film d'action ça fait bien samedi soir, parce qu'il y avait quelques têtes connues).
Nous nous sommes arrêtés sur Skyline. Autant le dire tout de suite, on aurait sans doute pas du.

Vu que le film n'est pas sorti en France (de l'avantage de la résidence dans un lieu anglophone), peut-être n'avez-vous pas entendu parler de ce film.
Il s'agit ici du nouveau blockbuster d'invasion extra-terrestre de l'automne. Les blockbusters ont souvent la belle vie à cette époque de l'année, non ?

Pour les têtes connues dont je parlais plus haut :
- Turck de Scrubs ;
- Sgt. Angel Battista de Dexter ;
- Milo de 24 / Gabriel (le premier copain de Claire) de Six Feet Under

Moi, je ne me suis pas vraiment ennuyé pendant le film, il est assez court, sans temps mort, sans aucun dialogue intéressant, avec beaucoup d'action... Du coup, ça bourrine et ça passe vite au ciné.
On a tous les deux plutôt aimé le fatalisme du film (sans en dire plus), et j'ajouterais, pour ma part, le côté huis-clos.

Pour situer la gueule des extra-terrestres, on est dans un mix entre Cloverfield et La guerre des mondes. Ca les rend bien puissants mais pas très originaux.

J'ajouterais que la film s'arrête sur 3 scènes de suite qui m'ont fait rire, alors que ce n'était pas le but. Comment appeler ce genre de scènes où le ridicule fait finalement rire ? Y'a-t-il un nom existant ?

Je vais juste finir la critique par une citation "qui tue" :
"He's not dead, he's just very very pissed off !"


Nous avons repris la route après le film, pour les 25 minutes de marche et avons fait un peu le tour des films d'invasion extra-terrestre (en limitant aux films se passant sur terre, et dans un univers proche du nôtre) que nous connaissons. Et avons fini avec la même conclusion : on les attend presque toujours, mais on est souvent déçus.
Vous en connaissez beaucoup qui vous ont plu ?
Si je devais en garder 3, je pense que je placerais Rencontre du troisième type, Men In Black et District 9. Mais pour les deux derniers, je ne sais même pas si je peux les classer dans les invasions extra-terrestres...

9 commentaire(s)14-11-10 à 14:53

Frédéric Beigbeder - Un roman français


Ca faisait longtemps que je n'avais pas écrit à propos d'un livre que je venais de lire.
Je vais réparer ça de suite.
J'ai lu "Un roman français" de F. Beigbeder cette semaine (ça se lit plutôt bien). J'avais déjà lu "99 francs" et "Au secours, pardon" mais le style change un peu pour celui-là.

Au cours de deux nuits passées en garde à vue, après avoir sniffé de la coke sur le capot d'une voiture (la plupart des gens en ont entendu parler, non ?), l'auteur fait une sorte d'effort sur lui-même pour se souvenir de son passé, dont une bonne partie semble lui avoir échappé.

A force d'insister, des bribes de son passé lui reviennent peu à peu. Les frontières de l'oubli aussi : mettre le doigt sur les évènements qui ont pu provoquer ces amnésies profondes.
Il en profite pour revisiter les évènements français qui ont accompagné sa vie ainsi que celles de ses aïeux, toujours de manière succinte, pour situer l'histoire dans les époques.

Le roman m'a semblé sincère et m'a parfois fait travailler sur moi-même pour me rendre compte que j'ai moi aussi, des morceaux de passé oubliés qui reviennent quand on y pense de manière différente.
C'est rare qu'un livre me fasse faire des rapprochements par rapport à ma propre vie, mais les quelques points communs marquants ne sont sans doute pas innocent à tout ça.

Ne vous fiez pas à d'anciens livres pour vous faire une idée sur l'auteur, c'est plutôt celui-là qu'il faut lire en premier.

4 commentaire(s)7-11-10 à 17:51

1 2



© poucr -- 2008