La vie trouve toujours un chemin
Calbo Weblog 2.0










Nos amis les cons...


Zappant sur le site du nouvel obs, et étant en mal d'inspiration, et de temps, voilà un petit article vite fait.
Je suppose que tout le monde aime les politiques... Une fois de plus, des raisons fortes pour continuer !


Voici quelques phrases, souvent controversées, prononcées par les responsables politiques français sur la question de l'immigration.

- François Mitterrand : La France ne compte aujourd'hui "pas plus d'immigrés qu'en 1982 et pas plus qu'en 1975 par rapport à la population française qui s'est accrue". "Le seuil de tolérance a été atteint dans les années 1970 et il n'y a pas eu depuis d'aggravation" (10 décembre 1989).
- Michel Rocard : "Le temps de l'accueil de main-d'oeuvre étrangère relevant de solutions plus ou moins temporaires est donc désormais révolu" et "nous ne pouvons accueillir toute la misère du monde" (7 janvier 1990).
- Jacques Chirac : "Le travailleur francais qui habite à la Goutte d'or et qui voit sur le palier à côté de son HLM, une famille avec un père, trois ou quatre épouses, une vingtaine de gosses, qui touche 50.000 F de prestations sociales sans travailler. Si vous ajoutez à cela le bruit et l'odeur, le travailleur francais sur le palier, il devient fou. Ce n'est pas être raciste que de dire que nous n'avons plus les moyens d'honorer le regroupement familial" (20 juin 1991).
- Edith Cresson : "Les charters, ce sont des gens qui partent en vacances avec des prix inférieurs. Là, ce sera totalement gratuit et ce ne sera pas pour des vacances. Ce sera pour reconduire des gens dans leur pays lorsque la justice francaise aura établi qu'ils n'ont pas le droit d'être chez nous" (8 juillet 1991).
- Valéry Giscard d'Estaing : "Le type de problème auquel nous aurons à faire face se déplace de celui de l'immigration vers celui de l'invasion (...) La facilité des déplacements et l'ouverture des frontières recommandent de revenir à la conception traditionnelle de l'acquisition de la nationalité française: celle du droit du sang" (21 septembre 1991).
- Charles Pasqua : "L'objectif que nous nous assignons, compte tenu de la gravité de la situation économique, c'est de tendre vers une immigration zéro" (1er juin 1993).
- Jean-Marie Le Pen : "L'interruption volontaire de nationalité" contribue à "peupler la France d'une masse passive et hétérogène d'individus sans repères" et à la tranformer en "satrapie du nouvel ordre mondial" (3 octobre 1998).
- Nicolas Sarkozy : "Si certains n'aiment pas la France, qu'ils ne se gênent pas pour la quitter" (22 avril 2006, paraphrasant un slogan utilisé par le Front national de la jeunesse puis par le Mouvement pour la France de Philippe de Villiers).

0 commentaire(s)28-05-06 à 16:35

En vrac...


Allez, j'ai envie de raconter ma vie. Parce qu'un blog, au départ, c'est fait pour ça.
Donc préparez-vous à lire des choses sans intérêt.
Et à avoir David Hasselhof, alias Mitch (le pote à Pamela), alias Mickael Knight (le pote à Kit), sur votre droite.

Déjà, je voulais m'excuser auprès de ceux qui viennent tenter de lire mes choses incroyables ces derniers temps. Free fait nimp avec ses serveurs (chose confirmée par Fabby) et donc, ça ne marche que moyennement.
Je veux garder mon indépendance, je ne vais donc pas prendre un blog préfait. Ce qui signifie que j'aurai un vrai site qui fonctionne le jour où je prendrai un serveur. Le jour où j'aurai envie de payer pour publier des choses.

Sinon, je viens de passer l'aspiro dans mes escaliers. Impressionant, non ? C'était la guerre là-bas. Le chaos reignait. Le néant se sentait fort. J'ai du faire preuve de courage pour aller braver tout ça ! Mais c'est fait.

Autre chose inintéressante : j'ai été à la fac à pieds, sous la pluie, ce matin. Mais j'ai rien de spécial à raconter là-dessus.

J'ai mal au fond de la bouche, côté gauche. J'ai l'impression, parfois, d'avoir un bout de gencive qui décide de s'arracher. Il doit en avoir marre de se trouver en moi.

How I Met Your Mother, c'est fini pour cette saison... Et le dernier épisode était salaud ! Et a laissé "This Modern Love" de Bloc Party dans ma tête pendant quelques jours... Encore maintenant, des fois, je l'entends crier à travers mes tympans !
Les deux derniers épisodes de DH, c'était hier soir. Le temps qu'ils arrivent...
Lost nous prépare une sale fin de saison, je le sens.
Heureusement, j'ai encore un peu de temps avant de rattraper Prison Break. Et Alias a subi une trop longue coupure pour finir maintenant. Donc j'ai encore du taff !

En parlant de taff, le projet de Java se finit pour vendredi. On va y arriver, je le sens. Enfin presque.
Et après, c'est la dernière ligne droite. Pour me montrer à moi-même que j'ai assez d'égo pour rattraper le sale premier semestre. Héhé quel joli challenge !
Ensuite, on verra !

Et puis j'aime mes dernières phrases inventées : "On m'a dit que t'aimais le riz, voilà des boulettes !" (Ca marche aussi avec la viande)
Moi, ça m'amuse... mais je suis bien le seul...

Pour finir en beauté, premier extrait d'une longue liste de signatures inventées par Ribo et moi-même :
Ed-Doug Sakarawane
Wilson Ravioli, la brouette
Patrick Bis, le mec double
Filipo Roustifiotte, le gamellier fou
Jacques Le Pendule, dit "Le pendule"
Aristide Fiolle, le mec qui contient les défenses adverses
Robert Lezero dit "ouuuuaaiiiis l'zeroo kté !"
Hassan Lupiotte, dit "la lumiere de la mort"
Henry Poucr, l'homme qui tombe à poucr
Gédéon Violon, dit "l'homme en chips"
John Chypriote, l'homme de Chypre
Thomas Sardine, l'homme qui couine dès qu'on l'asticote
Will Tac, le mec qui a rien a dire
Gisèle Croute, la femme qui aime qu'on vienne "bite" lui parler
Joseph Fort, le gars qui est fort
Sebby, la terreur des lignes de touche ("sebapioc@chkiffmacoup.com")
Pedro Miguel Rothen Jr, le mec qui se mélange les pinceaux
Thierry Bouldeter, le mec en terre cuite
Augustus Philatéliste, l'homme qui kiffait les timbres du tour de France
Zack Morris, TUB man
Tom Yeurso, le mec du sissipimi
Ernest Bouteilleduile, mec gras
Joseph Tirchonbou, la marmotte lugubre

0 commentaire(s)22-05-06 à 15:12

Glorieuse jeunesse


Fouinant par hasard dans la cassettes vidéos de chez mon père, j'ai trouvé une cassette vidéo avec marqué "Essai" suivi des noms de ma soeur de moi-même.
Vous comprendrez aisément que ça m'a intrigué, et j'ai donc piqué la cassette.
Il s'agit d'une série de question que mon père pose à ma soeur puis à moi, ou inversement.
Je pense être au CM1 ou CM2 au moment des faits. Comptez 3 classes de moins pour ma soeur.

Lisez bien, ça vaut le détour.
M = Moi ; L = Léa ; P = Papa

L (tenant une affiche Lego) : Vous voyez bien là ? Et puis toute cette page... Ce serait beau !
P : D'accord, pose voir ça.
L : A Emilien maintenant !
P : Dis-moi ce que tu aimerais le moins avoir, le cadeau le plus moche que t'aurais...
L : Un cadeau de bébé.
M : Moi c'est pas ça.
L : C'est quoi ?
M : Ben j'le dirai après...
P : Emilien, arrête de te coller la main dans la figure !
M : ...quand il me demandera
L : Ben c'est bon, ça peut être Emilien
M : Mon cadeau préféré ce serait le jeu de société Siège et le cadeau que j'aimerais le moins avoir c'est...mmmh...à manger, mais du poisson ! J'aimerais pas avoir du poisson à manger pour Noël. Pas du tout même. Bon ben voilà.
L : On regarde maintenant ?!
P : Quel serait l'évènement le plus joyeux ?
L : D'avoir le cadeau qu'on voudrait, peut-être... ?
M : Ben pas pour moi !
P : Ce serait quoi ?
M : D'avoir [...] (J'ai pas réussi à comprendre...)
L : Ah oui !
P : Et le plus triste ?
L : La mort !
M : Que quelqu'un de notre famille meurt.
L (avec des coups de coude dans les côtes...) : Et que nous aussi non mais hé !
M : Ben ce serait plus triste, on serait mort !
P : Ce qui vous mettrait le plus en colère ?
L (fronce les sourcils) : Qu'on me gueule après.... EMILIEN !
M (peu réactif) : Qu'on m'ins...
P : Et arrête de mettre tes mains devant ta bouche !
M : Qu'on m'insulte
P : C'est ce qui te mettrait vraiment très en colère ?
M : Ouais
L : Moi, c'est qu'on m'insulte et qu'on m'gueule après !
P : Qu'est-ce qui vous dégouterait le plus ?
M : Manger du poisson... Et toi ?
L : La même chose, j'en vomirais ! (petites manières de tapette) Ou bien des champignons ! Beurk ! (elle fait semblant de vomir)
M : C'est déjà meilleur.
L : Ca m'donne la gale !
P : Qu'est-ce qui te surprendrais le plus ?
M : D'avoir un 20 de moyenne dans mon bulletin...
L : Et moi d'avoir un 10 de moyenne dans mon bulletin.
P : Bon, j'arrête là.

0 commentaire(s)20-05-06 à 00:44

Fêtes foraines...


You know the place where you used to live,
Used to barbecue up burgers and ribs,
Used to have a little party every Halloween with candy by the pile,
But now, you only stop by every once and a while

(Fort Minor - Where'd You Go ?)

Aaaaah les grandes roues, les manèges à sensation, les palais du rire, les trains fantômes...
Que d'impressions qui restent gravées dans un souvenir de jeunesse. Dans des souvenirs de jeunesse...
L'époque où nos parents nous donnaient 100 francs. "Tiens, et débrouille-toi avec ça pour tenir l'après-midi".
Par déduction, l'époque où les manèges ne coûtaient pas 8€... L'époque où c'était "l'éclate totale" d'accrocher un canard en plastique avec un chiffre marqué dessous. L'époque où le mec déguisé en singe du train fantôme tentait encore de faire peur à quelqu'un. L'époque où c'était difficile de sortir de la roue tournante du palais du rire.

Une époque bien révolue.
En y retournant... on retrouve les odeurs (barbes à papa,...), les bruits (attrapes-couillons, comme dit ma grand-mère, machines à sous), les manèges d'antant (toujours le palais du rire avec Tintin en déco... toujours le palais du rire avec l'éléphant... toujours le train fantôme avec King Kong...)

Ce qu'on ne retrouve pas... c'est le même plaisir, en fait.
Je me vois mal, actuellement, prendre un pied incroyable à la pêche aux canards. Ni flipper mes dents dans le train fantôme.
Même les auto-tamponneuses sont plus grandes. Maintenant, on se détruit les jambes en essayant d'exterminer ses potes !
Seul point fort actuel : les cacahuètes grillées annuelles. Le rituel. Et aller à la foire pour la bouffe, ça a quand même quelque chose d'étrange...
Surtout quand on voit la qualité de la marchandise... mais c'est de la bouffe !

Un dernier mot sur le métier de forain qui a un trait commun avec le métier d'animateur radio.
Ce sont toujours les attractions qui ont le plus de prétention qui ont les animateurs les plus agités.
En effet, il faut toujours qu'ils fassent semblant d'être super motivés à attirer des gens.
"Allez ! Tout le monde a sa chance ! Venez tirer les cordes magiques ! Venez perdre 5€ ! Ici, pas de perdants ! Vous gagnerez forcément une peluche minuscule ! Nos grosses peluches sont accrochées entre elles !"

Il y aura hier des années de ça,
Nous étions tout de suite aujourd'hui déjà.

(Bénabar - Le cahier de solfège)

0 commentaire(s)17-05-06 à 12:01

Gloire


Jeune homme, lève-toi, bats-toi !
L'avenir appartient à celui qui s'impose et qui ne baisse pas les bras !

(Neg'Marrons - Lève-toi, bats-toi)

Aujourd'hui, et pour toute cette semaine, c'est moment de gloire !

Ce n'est pas parce que je me suis amusé à me faire façon South Park.
Ce n'est pas parce que je suis "in" parce que j'ai un myspace.
Ce n'est pas parce que la Juve a obtenu son 29è titre de champion d'Italie.
Ce n'est pas parce que Metz a fini le championnat en battant Paris.
Ce n'est pas parce que je me suis aperçu, une nouvelle fois, que je partageais un cerveau commun avec ma soeur. Etant donné qu'on a eu un fou rire exactement au même moment pendant "Camping" sans l'avoir vu ensemble. ("Oh non ! Ma crevette !")
Ce n'est pas par désespoir. (Il faudrait vaille que vaille...)
Ce n'est pas parce que j'ai réussi à me remotiver, à me donner le coup de fouet nécessaire pour le dernier mois de cours pour rattraper le premier semestre. Et il en faut du courage !
Ce n'est pas parce que je vais probablement avoir une bonne note déjà validée grâce à l'an dernier.
Ce n'est pas parce que les nouveaux épisodes d'Alias, Lost ou Desperate Housewives sont vraiment bien.

Non... Toutes ces raisons sont futiles et sans importances.
La vraie raison de gloire, c'est d'avoir vu ça en revenant du ciné hier soir :
Rawone dit :
Salut c'est le père de rawone je l'ai au téléphone et il a besoin de savoir ce que vous avez fait en base de données sous oracle en projet.
Rawone dit :
Est-ce que tu pourrais nous envoyer un email pour rappeler l intitulé du projet

Désarmés, qu'est-ce qu'on peut faire ?
J'ai prié Dieu pour qu'il existe...

(Bénabar - Le fou rire)

0 commentaire(s)15-05-06 à 15:46

1 2



© poucr -- 2008